La petite poule rousse et rusé renard roux, Pierre Delye, Cécile Hudrisier, Didier jeunesse

La première fois que Rusé Renard Roux s’attaque à Petite Poule Rousse, elle lui échappe de justesse, grâce à sa rapidité.

Après, bien sûr, elle se méfie, elle sait qu’il rôde. Mais que voulez-vous, notre poulette n’est pas une femme d’intérieur, elle doit bien sortir pour aller chercher à manger. Cette fois, elle ne doit son salut qu’à un coup de bol.

Et quand elle remet le nez dehors pour aller chercher du bois, il finit par lui mettre le grappin dessus.

Rusé le renard? J’ai comme l’impression qu’il n’en a que le nom, le naïf, trop sûr de lui, s’endort pour une petite sieste en laissant Poule Rousse dans son sac. A croire qu’il ne sait pas, le sot, qu’en bonne couturière elle a toujours une paire de ciseaux sur elle!

Un conte classique, avec son lot de répétitions et d’allitérations. Comme toujours avec Pierre Delye la lecture à voix haute est un plaisir.

Cette version mêle des allures rétro à des accents de modernité (avec un petit brin de féminisme qui n’est pas pour me déplaire).

L’ensemble est très dynamique, tout en mouvement, tant le texte que les images.

On y repère plein de petites touches d’humour, dont les deux grenouilles à grande bouche (qui semblent bien plus calmes que dans leur dernière aventure), les magazines féminins de Poule Rousse, les amusantes ribambelles de linge reprisé sur le fil à linge etc.

La chute s’accompagne d’un épilogue savoureux qui ajoute au plaisir et qui confirme que notre héroïne est une sacré poulette qui n’a pas froid aux yeux.