Frère Jacques, Christophe Alline, Didier jeunesse, pirouette, 11€50

Ah, il y a si longtemps que j’espérais trouver ce titre dans la collection pirouette! C’est justement pour son caractère universel que je l’attendais avec une telle impatience. Je me demande bien comment et pourquoi cet air là, particulièrement, à voyagé, de sorte qu’on lui trouve des paroles en mandarin, en langue berbère, en japonais, en russe, en swahili, bref, on la trouve partout.

Quand on se met à la fredonner dans une assemblée de parents venus de tout horizons, chacun peut livrer sa version. On assiste alors à des moments de partages vraiment sympa:

« C’est comment dans votre langue?
-Vous pouvez me la traduire en Français?

-Comment vous prononcez?

-Je n’y arrive pas, attendez, je réessaye… Comme ça? Non? »

Je me souviens d’avoir longuement essayé en vain de chanter la version Cantonaise devant une jeune mère patiente et un brin amusée par ma maladresse.

Alors bien sûr, j’étais ravie de le voir au catalogue de Didier jeunesse. Illustré par Christophe Alline en plus! Et, cerise sur le gâteau, plutôt que d’inventer une suite à la comptine française, il a choisi d’y associer les versions espagnole, italienne et anglaise. Ça tombe bien, celles là, j’arrive à peu près à les prononcer (et puis les gens sont indulgents alors même avec mon accent français à couper au couteau j’ose le chanter en public).

Deux doubles pages sont consacrées à chaque langue. Une couleur les domine à chaque fois (le bleu pour l’anglais, le jaune pour l’espagnol etc). Et chaque image entrouvre une fenêtre sur le pays concerné. Et pour finir frère Jacques, Brother John, Martinillo et Fra’Martino finissent par dormir sur la même page, les cloches attendront.