Le grand livre des bêtes E. Gravett Kaléidoscope 15,50€

isbn: 9782877677905

Emily Gravett a fait un documentaire animalier illustré façon planche d’anatomie très joliment écrit avec rimes et allitérations. Mais la petite souris est venue bouleverser tout cet ordre. Le problème, c’est que l’autrice avait mis des animaux qui font peur. Comme, par exemple, le lion, « un roi tout puissant. Ses dents sont des ciseaux, ses griffes des couteaux,il est vif et agile et si bruyant quand il… » Ah mais non! s’il se met à rugir, ça ne va plus du tout, la petite souris n’est pas d’accord. Alors, elle investit l’album. Elle déchire un morceau de page par ci, met un peu de peinture par là, colle des post-it avec des consignes improbables, déconstruit complètement le documentaire en se l’appropriant.

Elle colle des moufles au lion et des talons hauts au rhinocéros, brosse les dents du crocodile avec plein plein de dentifrice.

Cette souris doit être un rat de bibliothèque, et elle n’en est pas à son coup d’essais (c.f. « Le grand livre des peurs« ), elle dispose de morceaux de magazines, réclames et petites annonces qu’elle scotche ou colle dans les pages. Le livre en est tout déstructuré, les pages sont découpées ou s’ouvrent avec un rabat. Fouillis, loufoque, hors cadre, le livre égare le lecteur. Et avec quel plaisir on s’y laisse perdre! On cherche les détails, scrutes les pages en suivant le chemin de la petite souris, fil conducteur de l’album. On s’amuse de constater que le documentaire  de départ est lui aussi de plus en plus décalé et qu’il sort des codes du genre.

Le grand livre des bêtes est un album drôle qu’il faut prendre le temps d’explorer, les enfants l’apprivoisent et l’apprécient de plus en plus au fil des lectures.