max maximonstres couvertureMax et les maximonstres M. Sendak, école des loisirs 12,50 €

isbn:9782211028936

Bon, allez, c’est un classique, tout le monde le connaît ou presque mais à l’occasion de la sortie prochaine du film tiré de cet album j’ai quand même envie d’en parler.

 

 

Un soir, déguisé en loup, Max enchaîne bêtises sur bêtises. Déjà, rien que pour ce début ma mouflette (comme une très grande majorité d’enfant) adore ce livre. Le texte ne nous en dit pas plus mais l’image montre qu’il poursuit le chien avec une fourchette, dans l’intention manifeste de le manger. Déjà, la « sauvagerie » de Max s’exprime. Tant et si bien qu’il finit par se faire traiter de monstre par sa mère qui l’envoie dans sa chambre, sans manger (en même temps, le gamin venait de la menacer de la manger elle aussi, dans cet album amour et dévoration semblent intimement liés)

ce soir là une foret poussa dans la chambre de max maximonstres

Dans la chambre de Max, ce soir là, pousse une forêt. Petit à petit les éléments qui raccrochent Max à la réalité disparaissent au profit d’une jungle et d’un océan inconnu. On perd de vue la civilisation et le réel et on se dirige vers le fantastique et l’indomptable. Et au fil des pages, la place de l’image grandit au point de chasser le texte des pages au point culminant de l’album.

Max s’en va à la rencontre des maximonstres, ces créatures étranges qui le reconnaissent comme leur roi.

Un livre qui explore sans en avoir l’air les sentiments les plus forts des enfants : la colère, la peur, l’envie de fuir, l’ennuie… Un livre très polysémique, au point que parfois les interprétations qui en sont faites varient sensiblement.

Un univers qui déroute souvent les adultes mais dans le quel les enfants plongent généralement avec ravissement.