3213,2,1, Mari Kanstad Johnsen, Cambourakis, 2021, 18€

C’est l’été, les vacances sont là. Les camarades d’Anna ont tous de super projets. Mais elle, c’est chez sa grand-mère qu’elle passera le mois. Et même pas moyen de payer un billet d’entrée au zoo, manifestement Grand-mère est fauchée.

Dans une boutique, la fillette repère une peluche de lapin super chouette. Mais il coûte 5 euros. Alors Grand-mère fait une proposition à Anna. Pour se l’offrir, elle devra s’occuper des maisons vides pour les vacances. 5 maisons, à raison d’un euro pour chacune d’elles, le compte y est.
Dans la première, il faut prendre soin d’un serpent, dans la suivante de deux lapins, de trois oiseaux, quatre tomates et enfin cinq poissons. Fastoche, Anna est enthousiaste.
Elle se voit déjà à la rentrée montrant fièrement sa peluche durement gagnée (on comprend qu’elle y trouve un certain réconfort et même qu’elle espère que son lapin éclipsera les récits trop idylliques des vacances des autres mouflets, et franchement, on la comprend un peu).

3,2,1, Mari Kanstad Johnsen, Cambourakis

Mais, ce n’est pas si simple quand on est encore petit d’assumer toutes ces responsabilités. Anna fait de son mieux mais enchaîne les bourdes, qui finalement risquent de lui coûter beaucoup plus cher que son maigre salaire…

Perso je trouve la grand-mère super badasse avec sa silhouette massive, son béret sur la tête et sa propension à vouloir juste bouquiner tranquillement dans le jardin. 
Elle regarde Anna se planter sans faire de commentaire, il faut bien apprendre. Mais quand elle annonce à la mouflette que son salaire sera en négatif, j’avoue avoir pensé un instant qu’elle poussait la pédagogie un peu loin. Ce qui semble aussi être l’avis de sa petite fille, qui se roule par terre de frustration à l’idée qu’elle ne rendra pas ses camarades jaloux. À moins que?… L’histoire se termine bien pour la fillette, mais à bien y regarder on peut se demander si elle a vraiment retenu la leçon…

3,2,1, Mari Kanstad Johnsen, Cambourakis

Je trouve cet album très drôle, léger et plaisant, j’apprécie en particulier qu’il n’ait pas de visée pédagogique trop appuyée, tout en étant un livre à compter. Il a un petit côté subversif que l’on retrouve souvent chez les auteurs suédois qui n’est pas pour me déplaire.