Rady, un chat aux petits soins, Satorino Fuchigami, Tadahiro Uesugi, Nobi nobi

Rady, bébé chat noir aux grands yeux, est tellement mal en point quand il arrive au dispensaire vétérinaire, que les soigneurs n’espèrent pas le sauver. Pourtant, le frêle chaton s’accroche et finit par guérir, contre toute attente.

Toujours aussi minuscule, il parait heureux de vivre au dispensaire.

Un jour arrive un nouveau patient: un chien tout tremblant, qui vient d’être renversé par une voiture. Rady l’observe et se couche sur son dos, en le serrant de ses petites pattes.

Ce comportement altruiste se reproduit avec chaque animal conduit au dispensaire, contribuant ainsi à leur guérison.

On le voit ainsi câliner une chouette, un petit chat, encore plus petit qui lui, un écureuil. Mais aussi des animaux bien plus impressionnants comme un berger allemand ou encore un élan.

La petite silhouette noire de Rady inspire immédiatement la sympathie, ses grands yeux ronds attendrissent à coup sûr le lecteur.

Les enfants sont généralement sensibles aux notions de soin à l’autre, de générosité qui se dégagent de cet album. Quant aux thèmes de la maladie et de la mort probable (on sait par exemple que l’élan est condamné malgré les soins), ils sont présents sans lourdeur, les enfants peuvent les ignorer. Ils s’arrêtent toutefois souvent sur la page du berger allemand qui, maltraité par les humais, aboie de façon impressionnante: gueule ouverte, yeux rouges, dents acérées. Quel soulagement de constater que Rady, nullement effrayé, va l’aider à s’apaiser, lui aussi. En bon soigneur il ne discrimine pas les patients.

On dit que la lecture favorise le sens de l’empathie, c’est sans conteste exact avec cet album: Les images transmettent avec brio les émotions des différents animaux.

L’histoire est réelle, c’est en Pologne que le chaton abandonné au froid de l’hiver a été recueillit. Les soigneurs ont eu l’idée de le photographier en compagnie des animaux dont il prend soin et le grand public s’est pris d’engouement pour ce chat-soigneur.

En fin d’album, une page en forme de documentaire donne quelques précisions supplémentaires sur l’étonnant petit félin. La médiatisation de son histoire à entrainé un afflux de dons au dispensaire polonais.
En outre, pour tout album acheté, un euro est reversé à la spa.