Un gâteau au goûter, Christian Voltz, pastel

Dans la cuisine de Monsieur Anatole, c’est un peu la panique. C’est qu’il a invité mademoiselle Blanche à gouter, il faut lui concocter quelque chose de délicieux. Il a enfilé son tablier, sorti les ingrédients et dégotté une recette sur internet, pas de raison que ça rate. Et pourtant, ça rate. La recette, c’est n’importe quoi.

Coup de bol, le cochon déboule, et il est formel: « pour un gâteau qui épate, mets-y quelques patates »

Et, joignant le geste à la parole, il balance une pomme de terre dans la marmite. Monsieur Anatole a à peine le temps de manifester son scepticisme que voilà le lapin qui arrive. Il sait, lui aussi, faire un gâteau : « pour ne pas faire de la crotte, ajoute deux, trois carottes » et plouf, les voilà qui est fait.

Suivra le rat, qui a aussi son idée, puis la grenouille, qui propose des mouches, mais elle, on l’arrête à temps !

Un peu de lait, un peu d’eau, et hop, à cuire.

Monsieur Anatole n’a plus qu’à remplacer le tablier par une belle cravate a carreaux, et espérer que madame blanche appréciera cet étrange gâteau.

On retrouve ici les ingrédients qui font le succès des albums de Christian Voltz. Beaucoup d’humour, un texte plein de verve, une histoire intemporelle, des personnages de bric et de broc aux expressions relevées.

J’aime aussi beaucoup la chute en deux temps, très réussie.