Pomme pomme pomme, Corine Dreyfuss, éditions Thierry Magnier, 11€90

La pomme est rouge et brillante, comme une pomme d’amour. Accrochée en haut de la page, elle capte immanquablement l’œil des bébés.

L’image très contrastée et d’une grande lisibilité attire aussi les petites mains: On caresse, on tape, on gratte.

Pomme.
Pomme pomme pomme.

Comme une ritournelle, le texte minimaliste s’égraine, aussi épuré que les images. La pomme tombe du pommier. Par on ne sait qui, elle est croquée. Sur la terre un pépin est resté, qui sera arrosé pour devenir à son tour un pommier et la boucle est bouclée.

C’est vraiment un bien joli album, aux pages cartonnées, aux angles arrondis, qui convient bien aux mains des bébés.

Sur chaque page, le vernis de la pomme contraste avec le papier mat du reste de l’image. Les enfants s’amusent à voir la lumière s’y refléter ou à y passer les doigts.

Dans sa grande simplicité, cet album réserve pourtant quelque surprises au lecteur: changement de rythme dans le texte, fond noir dans l’image qui succède aux pages toutes blanches. Et une quatrième de couverture qui incite à recommencer la lecture pour reprendre du début le cycle de la vie.

Une petite comptine se glisse au milieu, ce qui contribue à attirer l’attention des bébés.

Un album coup de cœur pour Pépita et intégré au (magnifique) tapis à histoire sur le potager de Bouma.