Barbara Taylor, Andrew Beckett, Simon Treadwell, Little urban,Le livre extraordinaire des chats, Barbara Taylor, Andrew Beckett, Simon Treadwell, Little urban, 2022, 23€

Je ne peux pas chroniquer tous les albums de cette formidable collection qui ne cesse de s’étoffer, mais tous m’émerveillent pareillement.

D’abord axée sur les animaux, elle s’est diversifiée avec les insectes, les dinosaures, puis des créatures fantastiques (énorme succès en bibliothèque de rue avec celui sur les dragons) et plus récemment avec un opus sur l’Égypte antique. Ce dernier est d’ailleurs différent dans sa charte graphique également, avec l’utilisation d’un rouge vif qui tranche au milieu des autres, peut-être est-il le premier d’une nouvelle catégorie? 

Quoi qu’il en soit la formule reste la même, un grand format, des illustrations d’un réalisme tel que la plupart des gens peinent à croire que ce ne sont pas des photos, et des données documentaires claires.

36 animaux sont montrés, toujours un par double page, parfois il faut ouvrir l’album dans le sens de la hauteur, comme un calendrier, sur quelques pages, ce qui permet de mieux coller à la forme de l’animal.

La présentation est toujours aérée avec l’animal montré dans son ensemble. On peut se faire une idée de sa taille grâce à sa silhouette montrée à côté de celle d’un humain. Pour tout savoir des coulisses de cette collection il y a cet article sur le site de l’éditeur.

Le livre extraordinaire des chats, Barbara Taylor, Andrew Beckett, Simon Treadwell, Little urban

C’est une riche idée d’en faire un sur les chats et je m’étonne même qu’il ne soit pas arrivé plus tôt dans la collection tant cet animal fait généralement l’unanimité. Et si la plupart des gens aiment ces félins peu connaissent les nombreuses races présentées ici. Perso, en dehors des main coon (remarquables par leur très grande taille), les siamois et tous les autres (que je rangeais donc dans la catégorie “chats de gouttière”), je ne connaissais pas grand-chose. J’avais donc l’intention d’apprendre plein de choses avec ce beau documentaire. Ça a été compliqué, vu que je me le suis fait piquer par mes mômes dès réception. Mais j’ai fini par le récupérer et je peux maintenant vous dire que j’ai un faible pour le scottish fold à cause de ses oreilles repliées, qu’il existe plusieurs races de chats sans poils (6  différentes, vous l’imaginiez?) et que j’ai une certaine sympathie pour le lykoï parce qu’il est, heu… Disons qu’on pourrait le qualifier de “mignoche” comme dirait ma cadette: moitié mignon, moitié moche (une grosse moitié quand-même, si vous voulez mon avis)

Je l’ai montré à mon propre chat pour voir s’il réagissait mais il n’a pas bronché. Conclusion: Mon chat n’a aucune bon sens, il ne reconnaît même pas un de ses congénères dessiné (ni un livre extraordinaire).

Mais vous qui en avez, je suis sûre que vous serez sous le charme de ce livre extraordinaire des chats.

Le livre extraordinaire des chats, Barbara Taylor, Andrew Beckett, Simon Treadwell, Little urban