Où tu vas comme ça? Gilles Bizouerne, Bérangère Delaporte, Didier jeunesse
Fillette se promène dans la forêt. Imprudente la mouflette? Peut-être, en tout cas, elle ne semble pas inquiète pour deux sous. Et quand le loup surgit devant elle, ça ne la perturbe pas plus que ça. C’est même semble-t-il avec plaisir qu’elle accepte qu’il l’accompagne, quand il propose de la guider dans la nuit qui ne va pas tarder.

Les voilà en route, Fillette en tête, sur la page de droite, alors que derrière elle, sur celle de gauche, le loup se lèche déjà les babines.

Mais voilà qu’un nouveau personnage pointe le bout de son chapeau.

La sorcière qui apparait au détour de la page suivante propose, elle aussi, d’accompagner Fillette. Pour lui éviter de se perdre, vous comprenez. Notre intrépide héroïne poursuit sa route, joyeusement, sans se retourner.
Dans son dos, une bagarre silencieuse commence entre Loup et Sorcière. On remarque aussi une multitude de petit animaux qui font leur vie. La page de droite est moins foisonnante, du coup on ne rate pas l’élément qui annonce l’arrivée du prochain prédateur. L’ogre en l’occurrence, dont en aperçoit la massue. Lui succédera le monstre. Tous proposent d’accompagner Fillette, tous la suivent toutes dents dehors mais ils vont avoir du mal à arriver à leur fin: Sorcière tire la queue de Loup, qui essaye de se faufiler entre les jambes de Monstre, tandis qu’Ogre lui tape sur la tête de sa massue. Fillette, toujours le nez au vent, semble n’avoir pas remarqué qu’ils sont à deux doigts de l’attraper, ils gagnent du terrain, d’ailleurs ils ont maintenant dépassé la charnière de la page.

Mais, vous vous en doutez, la mouflette leur réserve une surprise!

Le texte en randonnée est fluide et les enfants l’apprennent rapidement par cœur. Ils ont un très grand plaisir à décrypter l’histoire racontée en image, ils savourent le décalage entre ce qui est dit et ce qui est montré. Ils se font complice de Fillette pour se moquer des risibles prédateurs et se régalent de la chute.

Un album apprécié aussi par Bouma