Billy le mômeBilly le môme  Françoise de Guilbert, Ronan Badel éditions T. Magnier

Dans un paysage du far west, Billy le môme traverse la page à toute vitesse. Il est pressé. Serpents, vautours, indiens sur le sentier de guerre, rien ne saurait arrêter sa chevauchée. Pas même ce petit indien furieux, qui semble impatient d’en découdre, Billy l’ignore totalement, il a mieux à faire. La bande de Cassidy fait du grabuge mais aujourd’hui, Billy laisse ça au shérif.

Mais où donc Billy le môme se rend-il ainsi?

L’iconographie et le vocabulaire typique des westerns associée à une mise en page proche du cadrage cinématographique contrastent avec l’image du héros. Le petit Billy à un chapeau qui lui tombe sur les
yeux. Ce contraste, qui dès le début prête à rire, va en s’accentuant jusqu’à la chute. Le soleil se couche sur la pleine, Billy, cow boy solitaire, s’éloigne au grand galop. Je vous laisse découvrir vous même vers quoi il court.
En toute fin d’album un petit épilogue fait un clin d’œil au livre suivant des même auteurs, « Oumpapoose cherche la bagarre », dont je parle ici et que vous pouvez aussi retrouver dans le tiroir à histoire.