Ne bouge pas! Anne-Sophie Tilly, Julien Chung, les 400 coups, 2021, 10€50   L'imagination est généralement définie comme la capacité à créer des images mentales. C'est exactement ce qui est mis en jeu dans cet imagier pour les tout petits.   Un bestiaire qui présente d'abord chaque animal de façon parcellaire, invitant le lecteur à deviner de qui il s'agit, avant de le montrer entièrement à la double page suivante.  Les animaux sont stylisées et toujours montrées en silhouette noire sur fond très coloré, créant un contraste adapté à la vue des tout petits.   Le petit format aux pages cartonnées et aux angles arrondis convient également à cet âge tendre.   Quant au jeu de devinette qui s'installe au fil des pages, il sera d'autant plus apprécié par les enfants à la relecture. Si c'est bien un élément emblématique qui est montré pour chaque animal il reste néanmoins difficile d'identifier certains d'entre eux. La queue du caméléon est reconnaissable pour qui est familier des imagiers animalier, tout comme les longues pattes palmées du flamand rose, mais les défenses du phacochère sont déjà plus difficiles à reconnaître.   Qu'importe, pour que l'enfant profite pleinement de la lecture, il suffit que nous, adultes, ayons des attentes raisonnables. Ainsi à la première lecture, inutile d'espérer que l'enfant saura anticiper sur l'animal qui va arriver, mais quand il l'aura écouté plusieurs fois il est probable qu'il se mettra spontanément à montrer qu'il sait déjà ce qui va advenir par la suite.   Mais au fait, pourquoi cet album s'intitule-t-il Ne bouge pas? Et est-ce que tous ces animaux vont, effectivement, rester immobile? Vous le saurez en découvrant les dernières images de l'album.

Ne bouge pas! Anne-Sophie Tilly, Julien Chung, les 400 coups, 2021, 10€50

L’imagination est généralement définie comme la capacité à créer des images mentales. C’est exactement ce qui est mis en jeu dans cet imagier pour les tout petits.

Un bestiaire qui présente d’abord chaque animal de façon parcellaire, invitant le lecteur à deviner de qui il s’agit, avant de le montrer entièrement à la double page suivante.

Les animaux sont stylisées et toujours montrées en silhouette noire sur fond très coloré, créant un contraste adapté à la vue des tout petits.

Le petit format aux pages cartonnées et aux angles arrondis convient également à cet âge tendre.

Quant au jeu de devinette qui s’installe au fil des pages, il sera d’autant plus apprécié par les enfants à la relecture.
Si c’est bien un élément emblématique qui est montré pour chaque animal il reste néanmoins difficile d’identifier certains d’entre eux. La queue du caméléon est reconnaissable pour qui est familier des imagiers animalier, tout comme les longues pattes palmées du flamand rose, mais les défenses du phacochère sont déjà plus difficiles à reconnaître.

Qu’importe, pour que l’enfant profite pleinement de la lecture, il suffit que nous, adultes, ayons des attentes raisonnables. Ainsi à la première lecture, inutile d’espérer que l’enfant saura anticiper sur l’animal qui va arriver, mais quand il l’aura écouté plusieurs fois il est probable qu’il se mettra spontanément à montrer qu’il sait déjà ce qui va advenir par la suite. Dans tous les cas, ce qui compte ce n’est pas que l’enfant donne la bonne réponse mais qu’il passe un bon moment.

Mais au fait, pourquoi cet album s’intitule-t-il Ne bouge pas? Et est-ce que tous ces animaux vont, effectivement, rester immobile? Vous le saurez en découvrant les dernières images de l’album, car il y a une chute, humoristique qui plus est.